Aux directions et enseignants

Nous vous proposons de participer à l’appel à projets qui sera lancé par Générations solidaires le 8 janvier 2021 ! Notre ASBL – initiée par le groupe média L’Avenir – soutient médiatiquement et financièrement des projets solidaires en Wallonie et à Bruxelles, en collaboration avec la Fondation Roi Baudouin.

Pour cette 5e édition, Générations solidaires propose aux classes de l’enseignement primaire, secondaire et supérieur de mettre en valeur et/ou de mettre sur pied un projet solidaire (déjà existant ou pas) qui donnera de la visibilité à la solidarité dans votre école et pourra inspirer d’autres établissements.
Ce projet sera imaginé et mis en œuvre par les élèves, au sein de l’école et, si possible, ouvert sur le quartier/la ville/la région, en tenant compte de la crise sanitaire actuelle.

Les 5 écoles lauréates – sélectionnées par un jury indépendant – recevront chacune un prix de 500 euros.

 

Quel est l’intérêt pour votre école de participer à Générations solidaires ?

  • Plusieurs enseignants nous ont expliqué que ce type de projet solidaire aide des élèves en difficultés scolaires, parfois démotivés, à retrouver une place active à l’école, en renforçant la cohésion de la classe. Le but est de permettre à tous les jeunes de devenir acteurs de solutions concrètes, innovantes et durables au profit d’autres jeunes de l’école, mais aussi d’autres publics fragilisés et/ou isolés (personnes en situation de handicap, personnes âgées, personnes sans-abri …).
  • L’effet d’émulation entre les élèves, entre les enseignants et entre les différentes écoles peut être une source d’inspiration, de collaborations et d’échanges d’expériences entre écoles.
  • La visibilité et la mise en valeur des projets des écoles (sur le site internet generations-solidaires.be, dans le supplément rédactionnel consacré à Générations solidaires dans les médias de L’Avenir) accroît la notoriété de ces projets et permet à l’école d’obtenir des aides supplémentaires.
  • Bon nombre de vos collègues, directions et enseignants apprécient de se rattacher à une opération de solidarité d’envergure. La participation à l’appel à projets permet en effet de crédibiliser votre démarche.
  • Le fait de pouvoir inscrire un tel projet solidaire dans le cadre du Plan de pilotage demandé par la Fédération Wallonie-Bruxelles est cité comme une opportunité par plusieurs directions.

Quel projet pourriez-vous mettre sur pied ?

Il n’y a pas de « petit projet » ! Ne vous censurez pas !
Dans le cadre de la situation sanitaire et des contraintes qui vous sont imposées avec une partie des cours donnés à distance, vous pourriez imaginer par exemple de mettre en valeur :

  • la manière dont les élèves se sont organisés entre eux ;
  • la façon dont vous communiquez avec vos élèves, entre enseignants, avec les parents ;
  • les outils pour faciliter le « vivre ensemble » mis en place ces derniers mois/ces dernières années.

Il s’agit donc de repenser et de valoriser la solidarité au sein de l’école et avec les familles, en temps de crise sanitaire.  Notre objectif commun est – bien entendu- de mobiliser les jeunes autour d’un projet motivant, qui « fait sens » et qui leur permette de se sentir utile en luttant contre la solitude et le décrochage scolaire.  Cf la liste d’exemples de projets ci-dessous.

Les écoles qui le souhaitent peuvent disposer d’une aide pour construire leur projet via un partenariat noué avec plusieurs services d’aide en milieu ouvert (AMO).
Si les règles sanitaires le permettent, nous pourrions vous proposer des animations en classe ou via des rencontres virtuelles (teams, zoom, skype …).

L’appel à projets Générations solidaires sera lancé le 8 janvier et se clôturera le 8 mars 2021.
Il s’agit donc pour vous d’avoir conçu le projet sur papier avant le 8 mars.
Vous avez le temps de le concrétiser en partie cette année ou l’année scolaire prochaine.

En mai, un jury indépendant – mis en place avec la Fondation Roi Baudouin – sélectionnera
5 écoles et décernera à chacune un prix de 500 euros. L’appel à projets est également ouvert aux associations avec, à la clé, de la médiatisation et des prix.

La remise des prix aura lieu en juin 2021, en présence, si possible, des écoles (sur scène !) et des associations lauréates de notre appel à projet. Des articles de presse mettront en valeur ces projets solidaires portés par des citoyens engagés.

N’hésitez pas à prendre contact avec nous pour en discuter et vous aider !

Pour en savoir plus et participer : www.generations-solidaires.be (formulaire en ligne à partir du 8 janvier).

Pour vous aider, voici des exemples concrets menés par des écoles les années précédentes :

  • L’athénée de Andenne a décidé de faire de la solidarité le thème central du plan de pilotage de l’école. Une animation proposée par notre équipe sur la solidarité a permis de lancer la dynamique avec les classes de 5e année secondaire.
  • L’Institut Cardinal Mercier à Schaerbeek a préparé, avec les élèves, des colis alimentaires pour venir en aide à des familles précarisées, y compris au sein de l’école et ce, encore davantage pendant le confinement, entre mars et juin 2020.
  • L’Institut Saint-Louis à Namur a organisé une récolte de vivres et de serviettes hygiéniques pour les sans-abris, en collaboration avec le Relais social namurois.
    Cette école développe une « cellule citoyenneté » réunissant élèves et enseignants sur base volontaire.
  • L’Institut Sainte-Marie à La Louvière a développé un parrainage des élèves de 1ère année secondaire par les élèves de 4e année en incluant le centre PMS et une AMO.
  • L’école active du Karreveld à Molenbeek mène plusieurs projets liés aux migrations.
    Un atelier sur la solidarité avec les élèves de 3e année secondaire a permis de travailler sur les publics cible que les élèves souhaitent aider.
  • Les élèves de 4e année en mécanique du Centre Asty-Moulin à Namur ont mis en place, depuis deux ans, un Repair café mensuel, au sein de la Maison de quartier voisine, avec la collaboration de citoyens retraités.
  • L’Institut royal pour sourds et aveugles à Uccle a proposé aux élèves de 3 et 4 années secondaires de fabriquer des produits de soin et d’aller masser les résidents de la maison de repos voisine. Ce projet se poursuit par des échanges de courrier entre élèves et personnes âgées avant de pouvoir recommencer les soins.